Éviter ces 8 erreurs en tant que parent ?

erreurs à éviter en tant que parents

Qu’attendent les enfants de leurs parents ?

Amour et attention, tout simplement. Ces 2 sentiments ressentis inconsciemment à cet âge ont un pouvoir ÉNORME.

Être parent n’est pas si simple, cela se saurait.

Néanmoins, il est important de comprendre que certaines maladresses orales peuvent avoir un impact néfaste sur un enfant.

N’oublions pas que la construction de ce futur adulte est maintenant. 

Vous avez été probablement victime d’une de ces 8 erreurs.

Bien entendu, selon l’intensité de celle-ci, elle ne vous a peut-être pas empêché de vous construire et d’être heureux-se aujourd’hui.

Mais si vous en avez le souvenir, c’est que cela vous a touché sur le moment.

A la lecture de chacune de ces erreurs, vous vous direz que vous ne dites pas cela…ou du moins d’une façon pas forcément négative ou sur un ton dur…mais n’oubliez pas que ce qui est dit, est dit.

Table des matières

Les mots offensifs sur le physique

Tu es trop petit, trop grand, …

Dans la salle de bains : tes cheveux ne sont pas beaux,….

Le sentiment d’insécurité physique peut alors prendre plusieurs formes.

L’enfant se préoccupera trop de son image.

Cela peut aller plus loin avec des troubles alimentaires.

Vous avez probablement déjà entendu ce genre d’exemple concernant de jeunes adolescents.

 

Les questions provocantes sur les actions :

Pourquoi agis-tu bizarrement ?

Pourquoi bouges-tu de cette façon ou parle de cette manière….

Les questions ou commentaires sarcastiques font leur demander ce qui ne va pas chez eux.

N’oubliez jamais qu’un enfant croit ses parents, sans se demander s’il le doit !

L’enfant risque de ne pas être lui-même avec son entourage.

Il peut se rendre prisonnier de son inconfort par peur que les autres rient de lui.

 

éviter les questions provocantes avec enfants

Les souhaits égoïstes

Sur le coup de la colère, ne réagissez pas , laissez-vous quelques instants.

Évitez absolument des phrases du genre :

« Je souhaite que tu ne sois pas né »

« J’aurai aimé avoir un enfant différent »

Peut-être avez-vous des raisons d’être colère, et elles sont probablement bonnes.

Mais en voulant aider un enfant à prendre son envol et à se construire, il est possible que le résultat soit complètement l’inverse.

Il est très blessant pour un humain de penser qu’il ne mérite pas d’exister…et grandir sereinement avec cette idée, si elle est répétée de temps à autre, sera très compliqué.

Ce cas de figure peut entraîner des automutilation, et/ou de la dépression.

 

Lui faire ressentir qu'il est un poids :

« Tu me coûtes cher »

« Je suis épuisé de m’occuper de toi »

Quelque part, c’est vrai 😉

Ce n’est pas contre lui, mais un enfant écoute et comprends au premier degré.

Sans parler de colère, ou de bêtise de sa part, beaucoup de parents peuvent les utiliser en second degré : Soyez vigilant.

L’enfant cachera inconsciemment ses problèmes et ses besoins pour préserver ses parents, et éviter d’éventuelles colères ou reproches

L’enfant ne devrait jamais ressentir qu’il est un poids pour ses parents.

 

éviter comparaisons frères et soeurs

Les comparaisons malsaines :

C’est sans aucun doute la maladresse la plus répandu.

Nous effectuons tous les jours des comparaisons, sur tout.

Mais comparer un enfant à un autre, à son frère, ou sa sœur n’est vraiment pas quelque chose à faire devant eux. 

Que ce soit à son avantage ou non, la comparaison est dangereuse.

Elle peut réduire l’estime de soi, il se sentira pas « assez bien, voir sans importance.

Et au contraire, si la comparaison est à son avantage, il pourrait grandir en dédaignant les autres.

Dans le cas frères et sœurs, les relations peuvent devenir malsaines.

Il peut y avoir de la jalousie et des tensions. Ou juste une fratrie qui s’éloigne.

La construction de l’identité doit se faire de façon indépendante.

 

ne pas comparer les enfants entre eux

Les mots verbalement abusifs :

« tu es stupide », « tu n’apprends rien »

Les commentaire absolus détruisent l’estime de l’enfant

En lui disant régulièrement qu’il est stupide..il le devient.

N’oublions pas que, pour les plus jeunes surtout, l’enfant a besoin d’être reconnu.

S’il est reconnu à travers ces définitions, il devra corresponde à cette image que l’on a de lui.

Vous connaissez Thomas Edison ?

Même si vous ne vous souvenez plus qu’il est l’inventeur de l’ampoule à incandescence et de nombreuses autres inventions, vous savez que c’était un génie.

Pensez-vous vraiment qu’un génie né GÉNIE ?

Lisez attentivement le résumé de l’anecdote que tout parent devrait avoir lu une fois dans sa vie :

 

Thomas Edison est né aux Etats-Unis en 1847. Il est le septième et dernier fils de Samuel Edison (qui fut tour à tour brocanteur, épicier, agent immobilier, charpentier) et de Nancy Elliot (ancienne institutrice).
Alors qu’il avait 9 ans, il rentre un jour de l’école avec une lettre pour sa mère. Il lui dit : « Mon instituteur a demandé que je te donne cette lettre, à toi, uniquement à toi ». Alors sa mère ouvre la lettre, la lit silencieusement et avec les yeux pleins de larmes, la lit ensuite à son fils :

« Votre fils est un génie. Cette école est trop petite pour lui et nous n’avons pas d’assez bons enseignants pour l’instruire. Veuillez le faire vous-même ».

Le petit Thomas possède déjà un vrai petit laboratoire de chimie dans le sous-sol de la maison de ses parents.
De nombreuses années plus tard, quand la mère d’Edison est décédée, il était alors connu comme l’un des plus grands inventeurs de son siècle (1093 brevets déposés dont l’invention de l’ampoule électrique, le télégraphe, le phonographe, la centrale électrique, la caméra, etc.).
Un jour qu’il fouillait dans les vieux souvenirs de famille, il trouva une lettre pliée dans une boîte de sa mère. C’était la lettre qu’il avait donnée étant enfant à sa mère de la part de son instituteur. Elle disait ceci :

“Votre fils est nul ! Il est déficient ! On détecte chez lui une maladie mentale. Nous n’autorisons plus votre fils à revenir à l’école”.

Thomas EDISON a pleuré pendant des heures et il a ajouté ceci dans son journal :

“Thomas EDISON était un enfant nul et déficient, qui, grâce a une mère héroïque, est devenu le génie du siècle”.

un enfant ne né pas stupide ou génie

Les intentions d'abandon :

« je vais te mettre dehors »

« tu te réveilleras et je serai parti »

Le sentiment d’abandon et le rejet amèneront à une incapacité à faire confiance dans des relations futures par peur de les perdre

Ce type de croyance s’accroît avec le temps

 

Même sur le ton de la plaisanterie, n’oubliez pas, encore une fois que la maîtrise du second degré n’arrive pas avant l’adolescence.

Les promesses vides :

« si tu fais ça, je t’achète ceci », le faîtes-vous ?

« je t’emmènerai la prochaine fois » , l’avez-vous emmené ?

« Demain, on joue à ça… », avez-vous joué avec lui ?

Les promesses non-tenues rompent petit à petit la confiance avec l’enfant.

Il découvre alors ce qu’est la trahison, et en bonus, apprend à mentir.

C’est le meilleur moyen de lui enseigner à ne pas faire confiance aux autres dans la vie.

Dans le doute, ne faisons pas de promesse, et créons la surprise.

 

La source de ces 8 erreurs à éviter en tant que parent :

L’auteur de cet article ne prétend pas être un expert de la relation parent-enfant.

Il essaye de faire de son mieux chaque jour, commet des erreurs, lis, écoute, et apprend.

Cette chaîne Youtube est anglais (sous-titre disponible en plusieurs langues.

Source : https://www.youtube.com/watch?v=GS_mATLF7BE

 

Un ouvrage référent sur le sujet :